Avertir le modérateur

20/10/2016

La lettre d'un Orang-outan à Luc Alphand

    couvaresenal.jpg  Sacré Luc Alphand, ça t’a pas suffit d’emmerder les chamois avec tes skis pendant 20 ans, d’aller casser les noisettes aux écureuils, de faire trembler les marmottes, d’enquiquiner les lagopèdes et de dénicher les busards six jours sur sept. Faut dire que tu t’en foutais t’as jamais aimé la montagne, tellement que tu l’aimais pas que t’essayais d’en descendre le plus vite possible pour retourner au bistrot. Tu sais que c’est quand même à cause de gros benêts (et je suis gentil) dans ton genre qui passent leurs vacances à se faire tracter leur gros cul en haut des cimes pour en redescendre aussitôt qu’on a planté des remonte-pentes, qu’on a bâti des espèces de chalets immondes où tu pourrais réchauffer tes petites engelures sur tes petites coucougnettes rabougries, qu’on a planté des poteaux dans la prairie et creusé des autoroutes dans les vallées. Je suis pas écolo mais je dis que ça fais cher le forfait pour que tu la ramasses ta médaille. Ensuite, ça t’a pas suffit d’aller faire pétarader ta bécane pour ruiner les burnes aux Sénégalais qu’essayaient de faire la sieste tranquille au soleil, d’aller enfumer le phacochère et refiler des infarctus aux gazelles, faire le beau dans le désert sur ton engin rutilant toujours pour te réchauffer tes coucougnettes de plus en plus rabougries. Je ne suis pas allé consulter ta biographie d’emmerdeur universel mais je suppose qu’il doit bien encore y avoir deux ou trois bricoles dans ton dossier où tu peux te vanter d’avoir gonfler le populo pour alimenter ta gloriole. Bon tout ça à la limite, on s’en fout après tout, le ski en hiver  et le club med en Afrique en été, ça fait marcher le commerce local. Mais bougre de salopiot intersidéral, triple hydrocéphale de mes deux, concentré de desséché du bulbe, il a fallu aussi que t’ailles dégommer les ours avec ton beau fusil tout neuf, un fusil à lunettes en plus ! comme ça t’as pu le tirer de loin, sans trop t’approcher, sans risquer de te faire arracher ce qu’il te reste de coucougnettes rabougries par un bon coup de griffes bien mérité. En plus t’avais un fusil à répétition, ça a dû te faire du bien, ça t’a titillé les hormones, toi qui n’avais plus qu’une vieille escopette à un coup et encore. Je comprends pas, vous les skieurs, vous avez le biathlon pour vous défouler. Mais tirer sur un carton, c’est pas pareil, ça saigne pas un carton, ça n’élève pas ses petits, un carton, ça ne court pas dans l’herbe un carton, et surtout ça ne pousse pas de délicieux grognement quand ça prend une bastos de 12 dans le buffet.

Je sais, les ours c’est des emmerdeurs, à cause d’eux on peut pas élever les brebis tranquille, on pourrait même se retrouver avec un repas sans fromage. Moi, j’en connais pas d’ours, ici dans mon arbre il n’y a plus que deux ou trois singes hurleurs qui me donnent l’alerte quand un empafé dans ton genre se pointe dans ma forêt, je suis le dernier orang-outan du coin, tous les autres se sont retrouvés empoisonnés à l’huile de palme. Enfin c’est tout comme.

Alors s‘il te prend l’envie de te diversifier mon vieux Luc, s’il te prend l’envie de faire un petit carton sur moi et mes congénères histoire de donner du lustre à ton tableau de chasse infect avec tes copains tueurs d’ours, je voulais te dire qu’on vous attend et qu’on est prévenu et que ça fait longtemps que je me suis pas fait griller un petit plat de coucougnettes flétries, même si je suis plutôt frugivore, même si ce sont des vieilles couilles de vieux sportif décérébré, je me pourlècherai les babines avec plaisir.

Et comme j’ai un vieux pote qui a aussi invité un toréador à diner, on pourra comparer.

11/12/2012

Un peu de chaleur humaine.

ours.jpg

Le sommet sur le réchauffement climatique de Durban s’est soldé par des pseudo-accords débouchant sur pas grand-chose et ne contraignant aucun pays à quoi que ce soit.

Cependant, tous les négociateurs se sont quittés en se donnant des poignées de mains chaleureuses. Ce qui parait vraiment contre-productif

Comme s’y attendaient les ours polaires, le prix du mètre carré de banquise va encore augmenter au vu de sa raréfaction et les baleines devraient bientôt pouvoir rejoindre leurs lieux de reproduction à pieds.

Ce genre de réunion sur le réchauffement, j’ai toujours dit qu’il fallait éviter de l’organiser dans un pays où toutes les salles sont climatisées. Les décideurs ne se rendent pas bien compte, ils ont leur petit cul rose bien douillettement installé au frais et on leur sert des boissons frappées en veux-tu en voilà à tire-larigot jusqu'à ce qu'ils se décident à signer. Avec des glaçons, les boissons.

Je propose que pour leur prochain sommet, on les colle dans une baraque munie d'un toit en tôle ondulée en plein été sous le cagnard du Sahel, qu’on les fasse rôtir deux ou trois jours sans une goutte d’eau tant qu’ils n’auront pas signé un compromis correct. Au moins, ils sauront pourquoi ils sont là et ça pourrait bien améliorer nettement les négociations.

De toute façon, il n’y a pas forcément lieu de s’inquiéter puisque, je cite Le Monde :  D’après l’organisation,: «  Les dommages les plus sévères du réchauffement vont être ressentis en Afrique de l'ouest et en Asie du sud. »

Ha Bon,?? Ben alors ça va ! Pour l'Europe, ya rien d’urgent.

Ouf on a eu chaud !

 

28/12/2011

Autodafé

ours.jpg Bon, hier je vous parlais d’Intouchables.bruckner,ours,baleine,réchauffement,o'toole,paasilina,horwitz,unwalkers

Comme vous avez eu le temps de déballer fébrilement vos cadeaux, livres, romans, disques et DVD de Noël, je vous parlerai aujourd’hui d’un Imbuvable comme le bouquin de Pascal Bruckner dont j'ai déjà parlé :‘ Le fanatisme de l’Apocalypse’ qui dit en gros et pour résumer que c’est l’haleine des ours blancs qui détruisent la couche d’ozone, que c’est la surpopulation de baleines qui fait monter le niveau des océans, bref que le réchauffement planétaire c’est du pipeau et qu’il suffit d’enlever son pull si on a un coup de chaud.

 

Pascal Bruckner, lorsqu'il passe à la télé, se permet de faire incruster 'Philosophe' sous son image, ce qui déclenche rapidement l'hilarité des téléspectateurs un tant soit peu avertis mais en dit long sur l'état de la couche de son ozone à lui.

Si on vous a offert ce livre, vous pouvez le jeter au feu sans l’ouvrir, c’est déjà un geste pour la planète.

Moi, je l’ai lu, j’aurais pas dû. Mais bon, je l'avais volé.

Vous avez ensuite les illisibles et les inaudibles mais comme je suis énervé à cause de Bruckner, je vous conseillerai juste de ne pas perdre votre temps avec le dernier Musso, vous risqueriez de vous rendre compte que vous l’avez déjà lu.

Si vous voulez vous faire un vrai cadeau, lisez ou relisez ‘ La conjuration des imbéciles’ de Kennedy O’Toole, ‘La forêt des renards pendus’ de Paasilina et surtout, surtout, celui que je viens de terminer ‘ Natural enemies’ de Julius Horwitz, moi qui avait la raie sur le côté, j’en suis encore tout décoiffé.

Merci au site http://www.unwalkers.com/2011/06/ de m’avoir fait connaître cette pépite.

Tout cela bien sûr après avoir lu l’indispensable ‘La zygène de la filipendule’ et le petit dernier de chez Kyklos ‘ Viandes et Légumes’ du sieur Gonzales, que je n’ai pas encore eu le temps de déguster mais qui s’annonce diablement épicé.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu