Avertir le modérateur

28/09/2012

Tintin chez les Soviets.

tintin.jpg

Le directeur artistique de la maison de la culture de Stockholm a decidé de faire retirer les albums de Tintin de la bibliothèque.

Le directeur artistique de la maison de la culture de Stockholm s’appelle Behrang Miri et c’est pas la moitié d’un imbécile. Il a décelé dans les albums de Tintin, le discours larvé d’une discrimination raciale, d’un colonialiste exacerbé et d’un appel à la haine et aux préjugés.

 

Haddock, capitaine au long cours éructe un discours dégradant d’esclavagiste ( Doryphore ! iconoclaste ! Bachi-Bouzouk !) , Tryphon Tournesol représente la classe dominante des scientifiques eugénistes, la Castafiore a acheté ses bijoux en exploitant les nègres dans les champs de coton et Nestor le brave majordome est visiblement un adepte du Klu Klux Klan.

Bref, Tintin est un danger pour la jeunesse. ( Milou  y a échappé, mais c’était tout juste).

 

Behrang Miri qui a de la suite dans les idées, compte également faire censurer Bécassine pour l’image dégradante qu’elle donne de la Bretagne, le sapeur Camenber parce qu’il exprime l’emprise des lobbies laitiers contre le lait cru et les albums de Sylvain et Sylvette qui sont deux gros partouzards incestueux et zoophiles de surcroit, il n’y a qu’à constater la mine réjouie de compère Ours quand il revient de la cabane ou le regard lascif de Sylvain quand il mate l’arrière train rebondi de compère Sanglier pour s’en rendre compte.

 

Que des générations de bambins aient survécu à ce spectacle répugnant est en soi un miracle, heureusement que Behrang Miri est intervenu !!

 

Le détail croustillant est que Behrang Miri n’est pas un vieux militant aigri ou intello ni un sociologue en mal de théories d’avant-garde, non, Behrang Miri est aussi et surtout un jeune rappeur connu et reconnu ( en Suède au moins) pour ses chansons.

 

Quand j’étais petit, je croyais que le rap, c’était le moyen qu’avait trouvé la jeunesse des rues pour exprimer son désarroi, pour se libérer de la censure des médias, pour communiquer sans entrave et d’une façon plus moderne. Bref, pour briser le silence.

La censure, je croyais que c’était un truc de régime totalitaire, genre nazisme ou Soviet et que le Rap était là pour la dénoncer, la vomir, la haïr.

Bon, je me suis planté mais faut dire que j’y connais rien en culture urbaine.

Ceci dit, après une éradication totale de la B.D abêtissante et avilissante on va peut être constater que la jeunesse redevient enfin vertueuse,  respectueuse de son prochain, synonyme de tolérance et d’amour.

Et puis, si ça marche pas, on pourra tenter l’expérience contraire : interdire tous les disques et les clips de Rap des bacs et de la télé.

 

On appellerait ça un déRapage contrôlé.

 

Je me demande si le résultat n’en serait pas meilleur.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu