Avertir le modérateur

29/11/2014

L'art comptant pour rien.

koones.jpgQuand je lis, c’est uniquement dans la salle d’attente chez le dentiste, en général le brave homme ayant tellement de retard, je peux me taper ‘Guerre et paix’ au moins deux fois de suite. Ce jour-là, j’avais oublié de prendre un livre, en ce moment je suis sur deux études hyper ardues écrites par Trierweiler et Zemmour , deux de nos ethnologues post-modernes les plus compétents qui font les choux gras de la presse scientifique. Du coup, je me rabats sur un de ces  magazines  fluo qu’on trouve dans les salles d’attente médicales, genre « Voleurs actuels » et « En veux-tu ?en voici. ». Comme mon dentiste est un esthète de premier ordre ( Avec ce que je lui laisse en couronnes et en bridges, il peut se payer des Van Gogh première époque), il a un journal qui s’appelle ‘Art Contemporain’ que je me mets à feuilleter rapidement. Au bout de trente secondes, je repose le journal en maugréant comme un iconoclaste que je suis « Ya que de la pub là-dedans ». Ma voisine, une charmante quadra enrobée de peaux d’animaux morts, membre de l’Otarie Club et sans doute amateur(e) d’art éclairée s’insurge :

<!--[if !supportLists]-->—     <!--[endif]-->Comment pouvez-vous dire une chose pareille ?! C’est le spécial « Jeff Koones », une merveille!

Un peu étonné mais sans me départir de ma courtoisie légendaire, je lui montre la double page intérieure : Un genre de gros chien en plastique rose et un homard rouge, surement des  attractions pour les gosses à la foire de Noël ou des enseignes pour des marchands de bonbons Haribo.

<!--[if !supportLists]-->—     <!--[endif]-->C’est pas de la pub, ça peut-être ?

Je vois la petite dame à deux doigts de tomber à la renverse :

<!--[if !supportLists]-->—     <!--[endif]-->Mais enfin, c’est du pop kitsch, c’est ce qui se fait de plus branché  en art moderne !! Koones a révolutionné le genre !

Elle n’ajoute pas « pauvre imbécile » mais je sens bien que j’y ai échappé d'un cheveu.

Je me pourpense en mon for intérieur qu’on ne me dit jamais rien à moi, que j’arrive toujours après la bataille, qu’un peintre en homard a fait une révolution et que personne m’a prévenu.  C’est vrai que j’ai jamais été très doué en Arts Plastiques, j’ai longtemps cru en regardant des œuvres de Miro que pour être aussi célèbre, il était surement mort dans sa neuvième année et que Vasarely était une marque de papiers peints pour accros au LSD.

 J’ai à peine  le temps de m’excuser  auprès de la dame de mon ignorance crasse que le dentiste m’invite à me faire limer les molaires pour une somme modique équivalente au prix d’une petite voiture citadine. Comme je suis pas du genre à aimer passer pour un demeuré, une fois chez moi, j’ouvre mon encyclopédie électronique des Grands Révolutionnaires du XXIème siècle.  Je trouve Koones juste après François Hollande et Steve Jobs et avant Jean-Pierre Pernaut et Raffarin et qu’est ce que j’apprends ! Le bougre expose justement à Beaubourg en ce moment ! Quelle chance ! Je file donc à Beaubourg. Pour les ignorants du fin fond de la province, Beaubourg c’est un musée créé par Pompidou, un bon vieux réac de droite des années 60-70 qui aimait des trucs de gauche, genre poésie, art, théâtre et tout le toutim. Attention, quand je dis de Gauche, je parle pas des clodos en salopette qui sentent le saucisson à l’ail et qui pètent à table. Je parle de la gauche bon teint, née dans le VIème arrondissement, polie avec les dames qui carbure au Taittinger dans les fêtes de charité et qui s’indigne fermement contre la montée du Front National, bref la Gauche avec un grand G, celle qui vénère Jeff Koones et qui lit Libé.

Bon , je digresse, je digresse et j’oublie l’essentiel : Jeff Koone est donc le chef de file des artistes d’aujourd’hui. La différence entre ces gars-là et vous, c’est que vous, par exemple, quand votre cafetière est en panne ou que vous démontez votre grille-pain, en général, ça finit soit à la poubelle soit aux encombrants, ben eux non, ils mettent leurs déchets ménagers aux enchères chez Christie’s et ça part comme des petits pains. Autre exemple, suite à une crise de bouffée délirante, vous repeignez votre Saint-Bernard en rouge et vous accrochez des homards roses dans votre jardin, dans l’heure qui suit, vous voyez les flics qui déboulent, les voisins qui veulent vous lyncher et vous finissez en cellule de dégrisement pour la nuit. Ben eux non, ils font leurs saletés en plein milieu du jardin de Versailles et personne porte plainte, la police dit rien et même que  les badauds s’extasient. C’est pas juste et je digresse encore.

Alors voilà, je pénètre dans l’antre sacrée de l’art moderne du Centre Beaubourg et je me rends compte que je suis encerclé par des Japonais, les Japonais, ils sont là parce qu’eux aussi ils ont un ferrailleur barbouilleur célèbre, il s’appelle Takashi mais eux ils ont une excuse, leurs homards et leurs poissons ils sont déjà cette couleur-là, rose fluo, depuis le coup de la centrale nucléaire. Je me balade dans les couloirs pendant une heure ou deux, (pas plus, pour éviter le décollement de la rétine et les aigreurs d’estomac) au moins le temps de me faire une idée en me régalant à l'avance de la critique éclairée et analytique que j'allais pouvoir pondre sur notre artiste. Hé bien, vous voulez que je vous dise ??

Jeff Koones, c’est de la vraie daube. Mais je n’y connais rien.                 

 

Commentaires

dis , j'ai une vieille cafetière pourrie des années 70
si je la tartine de peinture verte, mais vert bien fluo
une petite touche de violet ....
tu crois que .....Jeff Koones...à côté , il paraitra peut être
un peu ringard...
Marché de Noël à Reims
on la met en vente....Si ça marche , on fait moitié...moitié
Bon weekend !!!!!

Écrit par : martine | 29/11/2014

Ricardo, il ne faut pas te braquer comme ça avec l'art moderne! D'ailleurs, Koones, ça n'en est pas puisque d'après Wikipédia, l'appellation d'art moderne désigne une période de l'histoire de l'art qui est initiée par Edouard Manet et les peintres impressionnistes dans les années 1870 et s'achève au milieu des années 1950, notamment avec la naissance du pop art. Koones, c'est comme tu l'as dit à un moment, du pop art ou pop quelque chose. Pop veut dire caca en gaélique. C'est pour ça qu'au cinéma, les popcorn ont une odeur de pet. C'est aussi pour ça que populaire est un mot vulgaire dans les hautes sphères. Étonnant, non? J'apprends tout ça à l'instant. Il n'en reste pas moins que l'art contemporain est aussi rigolo qu'il est débile. Il peut aussi nous amener à nous poser des questions. Il est bien souvent laid, je te l'accorde. Mais j'aime bien. Maintenant, si Koones venait me faire un exposé chiadé sur son caniche géant, il se prendrait une paire de tartes sans attendre. Je veux bien être sympa mais y a des limites. Faut POPousser mémé dans les orties! Que les mecs fassent des trucs délirants, ok, je suis preneur. Mais qu'il viennent expliquer avec sérieux le pourquoi du comment de leur installations en glissant dans leur poche des chèques indécents, merde.
Ton texte m'a bien fait rire. J'aime beaucoup tes raccourcis qui même s'ils occultent une partie de la vérité, mettent le doigt là où il faut. Tes textes sont drôles et jouissifs.

Écrit par : thierry Fraisse | 07/12/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu