Avertir le modérateur

25/04/2013

Les fainéants, c’est tous des branleurs.

arret.jpg

Depuis une douzaine d’années, la chasse est ouverte à tous les mauvais citoyens qui ont un penchant pour la paresse, le désoeuvrement, le bayement aux corneilles, on a commencé discrètement par les chômeurs, soupçonnés de rechigner à se lever tôt et à trainer des pieds pour s’atteler à la tâche, on les a montrés du doigt et vilipendés comme des parasites suceurs d’allocations qu’ils sont. Bon, depuis ce laps, mis à part l’inévitable pourcentage de tire-au-flanc qui n'a cure de participer à la fourmilière humaine, les experts ont eu beau créer moult commissions, rapports et colloques divers, ils n'ont pu aboutir qu'à cette conclusion : Les chômeurs ne bossent pas surtout parce qu’ils n’ont pas de boulot. Conclusion que je qualifierais volontiers d’enthymène si je ne craignais de verser dans un baroquisme éhonté et de provoquer une lombalgie en vous forçant à compulser votre Robert en XII volumes.

 

Donc, tout naturellement, après les chômeurs, nos instances inquiètes du fonctionnement chaotique d’un monde qu’ils voudraient huilé et complaisant décident de traquer d’autres oisifs, à savoir les souffreteux, les fraudeurs de l’arrêt maladie, les abusifs du thermomètre rectal, les dépendants à l’ordonnance. Les malades sont montrés du doigt, les grabataires hués et les convalescents conspués. Bien fait pour eux!

Pour pallier ce mauvais état d’esprit, on va leur coller des contrôles à outrance, on va pister ces malhonnêtes.

Personnellement, j’ai une opinion toute faite sur ce problème. Le travail en général est devenu tellement inintéressant et dépersonnalisé à de multiples niveaux qu’il ne reste plus guère de bonnes âmes pour se sentir impliqué. Même en faisant semblant.

D’autre part, les pratiques managériales dénoncées depuis longtemps s’aggravent au fur et à mesure que la crise augmente. Un bon vieux retour en force des vieilles méthodes, rien de tel pour vous forger une âme de chef et vous mater des envies de rébellion.

 

A mon, avis, le fait  de multiplier les contrôles va finir par engendrer un surcroit de travail chez les contrôleurs qui vont se retrouver rapidement en surmenage et donc en arrêt maladie et il faudra des super-contrôleurs pour contrôler les contrôleurs et on n’en finira plus.

Je propose donc de vérifier les causes de ces arrêts-maladie plutôt que les conséquences, demander des comptes à tous les supérieurs, chefs d’équipe, chefs de groupe, chefs de projet, responsables et autres managers ou donneurs d’ordres, de vérifier la santé mentale de tous ceux dont les subordonnés se retrouvent régulièrement absents.

On trouvera sûrement dans le tas des caractériels, cyclothymiques, colériques ou autres psycho-rigides monomaniaques susceptibles de suivre un traitement qui leur remettra un peu d’ordre à l’intérieur. Une cure qui leur fasse adopter un comportement qui redonne envie à leurs employés de revenir au boulot AVEC LE SOURIRE !

Siffler en travaillant, c’est pas une devise de nain, ça !!

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu