Avertir le modérateur

29/12/2011

Cheeta a cessé de faire le singe...

Tarzan, Cheeta, jungle, Afrique, crocodile,anthropophage,scorpion,araignées, akim, zemblaNotre Mère à tous, Notre Mère universelle, notre Mater Simia Chimpanza est morte hier dans sa 80ème année.

Cheeta, la guenon qui a accompagné ma prime jeunesse et celle de tant d’autres mouflets est partie au royaume des bananiers éternels, d’un bond phénoménal, passant d’une liane à une autre elle s’en est allée retrouver Johnny Weissmuller, incomparable Tarzan, 1er homme-singe cathodique aux muscles saillants et au brushing sans huile de palme.

Quand j’étais môme, je ne rêvais que d’une chose, faire comme lui : me balancer de liane en liane, courir pieds nus dans la jungle, parler le Chimpanzé et défoncer le plexus des filles en leur disant ‘ Toi, Jane’. Bref, je voulais faire roi de la jungle !

Je ne pensais qu’à ça, ça m’obsédait. Je m’entrainais à pousser le cri de Tarzan dans ma chambre et ma mère arrivait, paniquée, se demandant dans quelle prise électrique j’avais fourré mes doigts. En sixième, j’ai choisi chimpanzé première langue, on m’a dit que ce n’était pas possible, alors j’ai pris gibbon, puis gorille, puis orang-outan, mais à chaque fois ils ont refusé.

Alors j’ai pris anglais, la mort dans l’âme, et comme prévu, ça ne m’a servi à rien.

Je voulais habiter cette Afrique mystérieuse où les terribles colonies de fourmis géantes dévoraient tout  pour ne laisser que quelques squelettes blanchis après leur passage, où les anthropophages aux dents aiguisées, aux danses extatiques vous donnaient en pâture à leurs Dieux Serpents, à leurs Totems Crocodiles, où les fleuves sombres charriaient des monceaux d’émeraudes et de diamants, où les monstrueuses araignées aux toiles gigantesques vous guettaient dans la pénombre, où les crocodiles, cachés dans les buissons, imitaient les pleurs des bébés pour vous attirer et vous emporter dans leurs tanières qui leur servaient de garde-manger.

L’Afrique, territoire vierge et inexploré, peuplé de cris, de mugissements, de rugissements, d’oiseaux multicolores, d’animaux imaginaires, des boas gros comme des arbres, des scorpions gros comme des chiens, des panthères noires dont les yeux éclairaient la nuit de la jungle, des insectes inouïs infestant des baobabs gigantesques dont la cime se perdait dans une mer de nuages, les mystérieuses montagnes interdites et inaccessibles de M’Bala Ounga où parait-il subsistait des peuplades préhistoriques d’une race inconnue que personne n’avait jamais vue mais dont les hommes mesuraient trois pieds de haut et portaient tous une massue ornée d’un crâne humain.

L’Afrique où dans le lointain retentissait le cri terrifiant de Tarzan, l’homme blanc, le Taboo-djuk-djuk. ‘Ca pas bon bwana, ça Taboo djuk-djuk, Ungawa ! Ungawa ! '

C’était l’Afrique d’avant, la seule, la vraie, celle d’Akim, de Zembla, de Tarzan, une Afrique où, avec un peu de bol ( il suffisait d’avoir un accident d’avion et d’être adopté par les singes) on pouvait devenir roi des animaux et régner sur la savane et la jungle.

J’avais de l’ambition moi ! Mais on a voulu me décourager, on m’a dit, c’est pas tout à fait comme ça, la réalité est différente. Alors j’y suis allé. J’ai pas vu de cimetières d’éléphants, mais des cimetières de voitures, les fleuves charrient des trucs à la surface mais ça ne doit pas être des émeraudes, il reste quelques animaux sauvages, mais les gardes vous virent à coups de crosse quand vous essayez de pousser votre fameux cri pour montrer que vous êtes de retour, et de toute façon, les lions ont l’air de s’en foutre.

Alors, pour me coonsoler, je me suis repassé le premier Tarzan en DVD, Cheeta était fringante et espiègle mais le film a pris un petit coup de vieux.

Je crois que moi aussi.

 

28/12/2011

Autodafé

ours.jpg Bon, hier je vous parlais d’Intouchables.bruckner,ours,baleine,réchauffement,o'toole,paasilina,horwitz,unwalkers

Comme vous avez eu le temps de déballer fébrilement vos cadeaux, livres, romans, disques et DVD de Noël, je vous parlerai aujourd’hui d’un Imbuvable comme le bouquin de Pascal Bruckner dont j'ai déjà parlé :‘ Le fanatisme de l’Apocalypse’ qui dit en gros et pour résumer que c’est l’haleine des ours blancs qui détruisent la couche d’ozone, que c’est la surpopulation de baleines qui fait monter le niveau des océans, bref que le réchauffement planétaire c’est du pipeau et qu’il suffit d’enlever son pull si on a un coup de chaud.

 

Pascal Bruckner, lorsqu'il passe à la télé, se permet de faire incruster 'Philosophe' sous son image, ce qui déclenche rapidement l'hilarité des téléspectateurs un tant soit peu avertis mais en dit long sur l'état de la couche de son ozone à lui.

Si on vous a offert ce livre, vous pouvez le jeter au feu sans l’ouvrir, c’est déjà un geste pour la planète.

Moi, je l’ai lu, j’aurais pas dû. Mais bon, je l'avais volé.

Vous avez ensuite les illisibles et les inaudibles mais comme je suis énervé à cause de Bruckner, je vous conseillerai juste de ne pas perdre votre temps avec le dernier Musso, vous risqueriez de vous rendre compte que vous l’avez déjà lu.

Si vous voulez vous faire un vrai cadeau, lisez ou relisez ‘ La conjuration des imbéciles’ de Kennedy O’Toole, ‘La forêt des renards pendus’ de Paasilina et surtout, surtout, celui que je viens de terminer ‘ Natural enemies’ de Julius Horwitz, moi qui avait la raie sur le côté, j’en suis encore tout décoiffé.

Merci au site http://www.unwalkers.com/2011/06/ de m’avoir fait connaître cette pépite.

Tout cela bien sûr après avoir lu l’indispensable ‘La zygène de la filipendule’ et le petit dernier de chez Kyklos ‘ Viandes et Légumes’ du sieur Gonzales, que je n’ai pas encore eu le temps de déguster mais qui s’annonce diablement épicé.

 

27/12/2011

La banlieue comme dans un fauteuil.

 QXCAS7GTUACAVG6AY8CAXI3G0ECAOO2MHOCAU06Z53CA3Q2A9OCAHGE7XACA9CWBJCCAV0L6YICAR4E935CAZ0OLUVCAZ2UNBYCAM22I1CCAWO4RAQCAPAQ02KCA83LHMDCANVRSLLCAU2AFAICAQTQHJT.jpgJe suppose que vous avez bien profité des festoiements, que vous vous êtes adonné à un huîtricide d’enfer et dégommé moult chapons puis profité de quelques jours de repos afin d’aller voir le dernier film qui fait fureur en ce moment : Intouchables.

Une histoire qui prouve enfin que fracture sociale et exclusion ne sont que balivernes et rodomontades inventées par des fauteurs de troubles. 

Il suffit simplement d’avoir sous la main Omar Sy et un multimilliardaire tétraplégique, monégasque de préférence.

D’après mes informations (officieuces), 800 000 désœuvrés en banlieue, on peut les trouver sans trop de problèmes, reste à dénicher autant de bonshommes pleins aux as. Ca peut se faire aussi, bien sûr, par exemple en recensant les palaces, les îlots du Pacifique et les maffieux Ukrainiens, le plus dur sera sans doute de leur briser les cervicales pour qu’ils acceptent de se laisser balader en fauteuil roulant ensuite.

Mais une fois que ce sera fait, je vous promets des jours radieux dans nos belles villes décorées par Bouyghes et une paix sociale que c’en sera presque un crève-cœur de voter Mélenchon.

Bon on va encore dire que je dénigre alors j’arrête avec les Intouchables.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu